« Il y avait peu de monde à la réserve ce jour-là, raconte Didier Hosselet, Pierre, l’un des guides m’avait envoyé un texto en me disant de venir très vite avec mon appareil photo…C’est la première fois que je prenais ce genre de bébête en photo ! L’histoire ne dit pas si le visiteur d’un jour s’est acquitté de son droit d’entrée ou s’il a fait  »l’anguille » pour visiter la réserve à l’oeil ».

Une rencontre peu commune, deux photos et l’occasion de vous présenter cette espèce particulière :

La Coronelle lisse est une couleuvre peu commune dans notre région. Son statut de rareté est VU, soit vulnérable. En Picardie, la majorité des observations ont été réalisées dans le sud de l’Aisne et dans l’Oise.

Cette espèce avait été observée à la réserve en 2014. Elle n’y avait pas été aperçue depuis. Quelle joie de revoir l’une de ces couleuvres ce jeudi 03 août : un peu timide, elle a vite décidé de se dissimuler à nos yeux sous le chalet. Totalement inoffensive, cette espèce est non venimeuse. Si vous la croisez sur les chemins, elle fuira…

Il s’agit du plus petit serpent du territoire français, il est présent dans toutes ses régions excepté la Corse. C’est un reptile qui apprécie et recherche les milieux à forte densité de végétation pour s’y cacher.

Cette espèce peut atteindre une taille maximum de 70 cm de long mais les adultes mesurent en moyenne 60 cm, taille de l’individu observé.

Ses écailles sont lisses d’où son nom. Le dessus de son corps est de couleur brun (plutôt chez les mâles) à gris (plutôt chez les femelles) présentant des taches foncées. Contrairement aux vipères, ses pupilles sont rondes.

La coronelle est une espèce diurne, son régime alimentaire est ophiophage, c’est-à-dire qu’elle peut s’alimenter d’autres serpents, batraciens ainsi que de petits mammifères comme les mulots qu’elle tue par constriction. Elle peut consommer des orthoptères, surtout au stade juvénile. Les lézards constituent la majeure partie de son alimentation. Selon les régions dans lesquelles elle vit, son régime alimentaire peut varier.

Sa période d’activité s’étend de la mi-mars à fin octobre, époque à laquelle elle se retire pour hiberner. Durant cette période aura lieu l’accouplement (en avril-mai) ainsi que la mise bas des jeunes, de 3 à 15 petits de 15 cm, vers la fin août.

Pour plus de détails : La Coronelle lisse    Eric Graitson/Jean-Paul Jacob

 


Pin It on Pinterest