Une faucheuse sur chenillette sillonne méthodiquement le bassin le plus à l’ouest de la réserve. Elle ressemble à une dameuse de piste avec ses larges bandes de roulement. C‘est le seul engin capable de travailler dans ces fonds humides et mous. Avant l’hiver, l’intervention mécanique vient contenir une végétation qui recouvre chaque centimètre de terre émergée.

Des îlots au centre des bassins sont nécessaires pour permettre une bonne reproduction. Certaines espèces doivent nicher à proximité de l’eau car leurs œufs demandent une hygrométrie importante pour que les petits puissent aisément casser la coquille. Il faut donc laisser des espaces dénudés en période de reproduction mais la végétation s’y développe très vite. Sans intervention le milieu se refermerait, deviendrait plus dense puis des arbres s’implanteraient, les espèces accueillies aujourd’hui partiraient vers d’autres zones humides.

Ces travaux sont réalisés à l’automne pour ne pas déranger les espèces nicheuses et pour que les zones d’accueil soient tout à fait prêtes pour le printemps suivant.

L’automne annonce aussi les grandes migrations. Avec la remise en eau des bassins, la nourriture sera présente en quantité. Les sarcelles d’hiver sont déjà sur revenues en nombre. Canards chipeaux, souchets, ou siffleurs sont aussi très présents.

 

HORAIRES D’AUTOMNE :

Les jours raccourcissent, les horaires d’ouverture de la réserve aussi ! Depuis le 1er octobre, nous vous accueillons à partir de 10h le matin, et les postes sont ouverts  jusqu’à 17h le soir, sans interruption. Dernier départ possible à 15h.

La réserve est ouverte tous les jours jusqu’à la fin des vacances de la Toussaint, puis pendant la durée des vacances de noël.

La réserve en habits d’automne, ce sont aussi des rencontres inattendues sur les chemins…

 

Pin It on Pinterest