On la voit surgir brusquement entre les lignes beiges de la roselière. Puis s’enfouir à nouveau dans l’ombre des roseaux. La gorgebleue à miroir niche au fond du dernier bassin en allant vers l’ouest. Les photographes le savent et guettent ses poses. Mâle et femelle alternent les sorties en quête de nourriture et reviennent au nid dans le même coup de vent. Lui exhibe fièrement le bleu vif de son plastron. Elle est plus discrètement ornée de marron. Très rare en Picardie jusqu’aux années 1990, la gorgebleue à miroir est parmi les premiers migrateurs de retour d’Afrique, à la fin de l’hiver. On peut la voir à la réserve à partir de la mi-mars.

Pin It on Pinterest